La Vallée du Haut-Rhin moyen, également connue sous le nom de Rhin romantique, est une section de 65 kilomètres de long de la vallée du Rhin entre Bingen ou Rudesheim et Coblence. Elle a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en juin 2002 pour son ensemble unique associant un patrimoine géologique, historique, culturel et industriel.
Les roches sont de type sédimentaire, et ont été constituées à la période géologique du dévonien. La gorge fut creusée à des périodes géologiques plus récentes, bénéficiant de l'effondrement du fossé rhénan. Le fleuve coule dorénavant dans un canyon atteignant par endroits les 200 mètres de profondeur, comme au niveau du rocher de la Lorelei.
La vallée bénéficie d'un climat doux et héberge différentes espèces animales et végétales qui ne se trouvent pas habituellement dans la région. Ses flancs ont depuis longtemps été aménagés en terrasses, en particulier pour des vignobles sur les versants exposés au sud.

Le fleuve a constitué une importante route commerciale en Europe centrale depuis l'époque préhistorique, et les hommes se sont très tôt installés sur ses rives. Les petites villes ont peu changé au cours de l'histoire, les lieux ne leur permettant généralement pas de s'étendre. Avec le succès du commerce apparurent les premiers châteaux-forts, et la région devint le cœur économique du Saint Empire romain germanique. Elle fut touchée directement par la Guerre de Trente Ans, qui occasionna la destruction de la plupart des châteaux, désormais l'une des attractions principales de la région. Après avoir été l'une des frontières du Premier Empire français, la vallée fut donnée, au XIXème siècle, à la Prusse et fut donc romantiquement associée à la grandeur de l'Allemagne.


De Eltville à Coblence Coblence

IMG_0265.JPG La carte détaillée de la vallée du Rhin  
De Eltville à Coblence
Eltville qui n'est pas dans la vallée romantique, mais qui mérite un détour !
Point de départ de notre parcours rive droite du Rhin, Eltville avec ses ruelles étroites et ses superbes maisons bourgeoises est très pittoresque. Le château (encore habité) situé au bord du Rhin fut la résidence des princes-électeurs de Mayence. L'église St-Pierre-et-St-Paul renferme un magnifique baptistère avec sur sa base les quatre évangélistes.

Rudesheim

Cette ville de 10 000 habitants jouit d'une situation privilégiée entre Rhin et montagne. C'est la capitale du Riesling !

Niederwalddenkmal
Ce monument a été construit entre 1877 et 1883 d'après un projet de Johann Schilling de Dresden. Ce monument de 38 m de hauteur symbolise la résurrection de l'Empire allemand après la guerre 1870/71 entre l'Allemagne et la France. La figure centrale est "Germania" qui tient la couronne impériale dans la main droite levée et l'épée impériale dans la main gauche.

La vue magnifique depuis le pied du monument s'étend sur Bingen et une grande partie de la région Rheinland-Pfalz.

Après Rudesheim la route passe au pied des vignes en terrasses dominées par la ruine du château d'Ehrenfels. Sur la rive opposée se succèdent les silhouettes des châteaux forts avec leurs tours crènelées de Rheinstein, Reichenstein et Sooneck. À hauteur de Lorch, la tour de Furstenberg marque le début d'un passage plus épanoui qui annonce sur la rive opposée Barrach avec ses vignes et ses tours.
Puis apparait, au milieu du Rhin, le château de Pfalz. Il est également appelé Pfalzgrafenstein. Château destiné à prélever un péage, il s'élève au milieu du Rhin dans un site somptueux. Son donjon se dresse au centre d'une enceinte à tourelles suggérant la forme d'un navire.

IMG_0294.JPG
On atteint enfin le passage le plus farouche de la vallée : Lorelei
Ce rocher schisteux légendaire s'élève à 132m au dessus du fleuve. A ses pieds, le fleuve se resserre et se creuse jusqu'à une profondeur de 22m. Jusqu'au 19ème siècle le passage était très risqué pour les bateaux, en raison des écueils et des tourbillons. Ce rocher est aussi connu pour avoir un bon écho, que l'on interprétait dans le temps comme la voix d'une belle sirène "la Lorelei".
La légende dit que la belle Lorelei charmait les marins par son chant magique, et ceux ci, fascinés par ce chant oubliaient les dangereux tourbillons et récifs. Leurs bateaux alors livrés à eux mêmes se brisaient et sombraient dans le fleuve.
Splendides vues depuis les éperons du belvédère sur la "trouée héroîque" du Rhin romantique.
Pour monter au belvédère on passe à St-Goarshausen, jolie petite ville dominée par le château fort du Katz (Chat). Il aurait été construit pour neutraliser celui de la Souris (Maus) ! élevé un plus en aval.
Une rude montée à partir de Kamp-Bornhofen pour aller voir les ruines de Liebenstein. Mais quelle récompense !

Liebenstein.

Katz


Maus

De Coblence à Bingen
   
IMG_0265.JPG    La carte détaillée de la vallée du Rhin
 

En sortant de Coblence, on découvre à droite le château de Stolzenfels.

Rhens
Au milieu des jolies maisons à colombages on remarque l'ancien hôtel de ville qui avance sur la rue. Belles vues, depuis la rive du fleuve, sur le château très aérien de Marksburg, le seul qui n'ait jamais été détruit.

Boppard
Depuis la rive du Rhin, belles vues sur "les frères ennemis", les deux châteaux (Liebenstein et Sterrenberg) qui dominent Kamp-Bornhofen.
St-Goar

Petite ville coincée au pied du château qui commande avec St-Goarshausen le passage de la Lorelei.
Le château de Rheinfels qui avait résisté aux assauts des troupes de Louis XIV, fut jusqu'à son démantèlement par les Français en 1797, la plus puissante forteresse de la vallée.
Depuis la tour de l'horloge on a une vue sur les bâtiments, sur la vallée et en face sur les châteaux de Katz et Maus.
De l'autre côté, le rocher de Lorelei retrécit le passage, agitant le courant, créant des remous profonds et importants. Les rives restent abruptes et boisées jusqu'à Oberwesel.

Oberwesel.
Seize tours provenant des fortifications de cette ville viticole ont été préservées. Une partie de l'enceinte médiévale est encore accessible et offre de belles vues sur la ville et le Rhin.
L'église gothique abrite un très beau retable au maitre autel et dans le bas côté gauche un curieux triptyque représentant les quinzes cataclismes de la fin du monde.

De la terrasse du château de Schönburg, bloc de trois forteresses protégées par un impressionnant mur de défense, s'offre une vue englobant Kaub et l'île fortifiée de Pfalz dominée par le château de Gutenfels.

Bachrach
Encore une ville entourée de vignes et de vieilles tours temoignant des fortifications du Moyen âge. De jolies maisons à pans de bois et souvent fleuries égayent les rues et la Markplatz. L'église St-Pierre possède une nef romane, une des dernières construites en Allemagne dont l'élévation à quatre étages reflète l'art gothique français.
Le diaporama sur la vallée du Rhin (sans Coblence)
Coblence
Au coeur de la pittoresque région du Rhin et de la Moselle, encadrée par trois massifs montagneux de faible altitude, voici Coblence, vieille cité deux fois millénaire. Elle fut gravement endommagée pendant la deuxième guerre mondiale. Elle fait aujourd'hui, après sa reconstruction , figure de cité dynamique, riche en monuments culturels et édifices historiques, accueillante avec ses ruelles et rues étroites, ses places et ses promenades longeant le fleuve.
Deutsches Eck (Le coin allemand)
Au confluent du Rhin et de la Moselle, du haut du socle de la statue de Guillaume 1er on jouit d'une vue remarquable sur la ville, le confluent et la forteresse d'Ehrenbreishtein
Place des jésuites
On découvre ici et là, en se promenant dans la vieille ville, de superbes maisons à colombages (reconstruites). Dans la cour de l'ancien collège des jésuites (17ème s.) aujourd'hui occupé par l'hôtel de ville, le Schängelbrunen (fontaine) évoque l'espièglerie des gavroches de Coblence.
Église St-Castor
Cette église romane a pour souche le sanctuaire où fut célébré la conclusion du traité de Verdun (843), établissant le partage de l'empire de Charlemagne.
1
1
 
Le Palais électoral (Kurfürstliches schloss)
Bâti entre 1787 et 1786 pour le Prince électeur, il devint la résidence du gouverneur militaire de Prusse (le futur Empereur Guillaume 1er y résida de 1850 à 1857). Détruit pendant la seconde guerre, il fut rebâti et abrite aujourd'hui des bureaux.
Citadelle d'Ehrenbreinstein
Cette forteresse du 10es., propriété des archevêques de Trêves, fut détruite par les Français en 1799. Entre 1816 et 1832, les Prussiens, qui régnaient sur la Rhénanie depuis 1815, édifièrent ce puissant ensemble fortifié.
De la terrasse belles vues sur Coblence.
Panorama.
IMG_0516.JPG
IMG_0523.JPG
Le diaporama sur la ville de Coblence 
 
Un peu d'histoire !

Avec le traité de Lunéville signé le 9 février 1801, Coblence est incorporé à la République française et devient chef-lieu du département français de Rhin-et-Moselle. Mais, étant forcés de quitter la rive droite du Rhin, les Français démolissent d’abord l’ancienne forteresse d’Ehrenbreitstein des princes électeurs de Trèves. Adrien de Lezay-Marnesia est nommé premier préfet du nouveau département. La ville reçoit la visite de Napoléon Bonaparte et son épouse Joséphine de Beauharnais du 17 au 19 septembre 1804.
Après la mutation subite et inattendue du préfet Lezay-Marnesia vers Strasbourg le 1er mars 1810, son successeur Jules Doazan construit à Coblence, devant l'église Castor, un monument sans pareil : un puits de style néoclassique en basalte. Il y porte, avec quelques fautes d'orthographe, une inscription en français pour célébrer le succès de l’expédition de Napoléon vers la Russie. Cependant, dans la soirée de la Saint-Sylvestre 1813, des bataillons russes traversent le Rhin à Coblence. Peu auparavant, les Français avaient quitté les lieux et laissé la ville aux troupes russes sans combattre. Le commandant russe fait pourtant preuve de beaucoup d’humour et renonce à détruire le puits de Doazan ou à y effacer l’inscription. Par contre, il y fait ajouter un deuxième commentaire :

« Vue et approuvé par nous, le commandant russe de la Ville de Coblence ». La preuve !

   
Buga 2011 (les floralies)
La ville de Coblence du 15 avril au 16 octobre 2011 fête sa métamorphose et accueille quelques deux millions de visiteurs à une fête qui se déroulera sur l’ensemble de l’été. Les visiteurs viendront de toute l’Allemagne et des pays voisins pour admirer la splendeur florale dans trois secteurs de la ville (plan).
Le diaporama sur la Buga 2011 de Coblence